azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

313 – seul lyrics

Loading...

[couplet 1]
j’ai souvent perdu eh, bien après les douleurs ont perduré
mais même si je pouvais changer l’histoire
ça deviendrait dérisoire
si ça change la vérité (si ça change la vérité)
tellement de souffrances que je n’ai plus les mots
alors je me cache pour encaisser les maux
j’avais 15 ans la première fois que je suis mort
pour la plupart ça ne resterai que des mots
et puis et merde, à quoi bon tout déballer ?
j’vais juste leur lâcher deux, trois vibes puis des [?]
des fois on rêvait de se mutiner
pendant que les abeilles pouvaient butiner
et la fille que j’aime bien me se mutiler
maintenant les larmes se mélangent au dîner
eh, on cavale, on cavale pour éviter qu’nos pet-ts cœurs soient safranés
plusieurs voleurs dans la vallée, plusieurs années dans la valise
finissent un jour par s’en aller, eh, plus rien à perdre depuis qu’on a stoppé l’école
on n’est plus des mômes, hein, finis dans l’alcool, tous les chemins mènent au rhum

[pré-refrain]
on a grandi trop tôt trop vite tout seul dans la ville
très peu d’amis, poto, tu t’rendras compte dans la vie
beaucoup parlent mais combien peuvent le faire ?
ahh, ahh

[refrain]
on a grandi loin d’la seine-eine-eine, seine-eine-eine
maman peine car on est seu-euls-euls, seu-euls-euls, seuls
une femme soignera mes plaies-aies-aies, plaies-aies-aies
j’ai si peur de devenir pè-ère-ère, pè-ère-ère
on a grandi loin d’la seine-eine-eine, seine-eine-eine
maman peine car on est seu-euls-euls, seu-euls-euls, seuls
une femme soignera mes plaies-aies-aies, plaies-aies-aies
j’ai si peur de devenir pè-ère-ère, pè-ère-ère

[couplet 2]
j’ai marché dans paname toute la nuit
non, seul ni pour ça le compagnie
j’connais par cœur la loi du talion
un cœur est blessé par l’abandon
je sais qu’j’te blesse quand j’te dis pas : ” je t’aime ”
bébé c’est juste que j’ai peur, han
dans mes problèmes je fuis, j’suis bien le fils de mon père
et quand c’est pas l’mien, c’est celui de [?]
les hommes sont-ils ? tous les mêmes
il n’y qu’une mère pour -ssumer ça et sans le vouloir c’est ce qu’elle montra
le visage des gens change quand tu fais million d’vues, hein
l’argent ça tue les amitiés fragiles, hey
si j’te tends la joue c’est qu’j’t’ai tendu la main
[?] pour te redresser
j’ai jamais traîné dans le hall tard la nuit, pourtant j’connais parfaitement l’odeur du pain
bien-sûr qu’on la haine vu qu’on est prédestinés à gâcher nos vies
hein, les pieds dans le vide, ouais, on attend le pire, ah
le grand reuf’ est parti sans dire aur’voir, hey
et j’l’ai pas pleuré, crois-moi qu’c’était pire, hey
bien trop de mal à te voir mort donc j’suis pas venu à ton enterrement
j’me sens perdu sur [?]

[refrain]
on a grandi loin d’la seine-eine-eine, seine-eine-eine
maman peine car on est seu-euls-euls, seu-euls-euls, seuls
une femme soignera mes plaie-aie-aie, plaie-aie-aie
j’ai si peur de devenir pè-ère-ère, pè-ère-ère
on a grandi loin d’la seine-eine-eine, seine-eine-eine
maman peine car on est seu-euls-euls, seu-euls-euls, seuls
une femme soignera mes plaies-aies-aies, plaies-aies-aies
j’ai si peur de devenir pè-ère-ère, pè-ère-ère