azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

cenza – le chant des soiffards lyrics

Loading...

[couplet 1]

j’écris car j’suis à bout car içi tout est misérable
ils sniffent des grammes, c’est pas l’idéal mais bon on vise les plaques
les schmitts débarquent, ils ont c-ssé ta porte et ont pris tes parts
ils s’plient des barres, ta famille pleure et toi tu visites les chtars
j’suis à bout, j’ai juste à regarder par la fenêtre
la sale odeur et la vue du cimetière me donnent mal à la tête
ici c’est pas la fête, et pas qu’vers paname mec
comment s’fait-il qu’un gars né en france soit -n-lphabète

comprends tu maintenant pourquoi, cenza insulte la nation
j’sais pas pourquoi mais moi ils me foutent à bout j’suis la narration
j’suis anti état , j’veux pas m’faire avoir
pour une minute de retard, ces gros fils de pute ne donnent pas l’parloir
la d’ou j’viens la tranquilité est un luxe si l’illégalité t’as eue
tu va gouter la pénalité d’la rue
93, t’as entendu, t’a senti l’mental
vaut mieux pas être p’tite caisse, ni vendu ni sentimental

j’vais pas chanter “tout ici est beau et merveilleux”
quand j’vois les frères fuyant et les chineurs de poubelles farfouiller aux deux
soi-disant racines, alors j’veux pas payer l’billet
j’aimerai mettre v’la la frappe dans l’globe mais j’risque de m’c-sser l’pied
mon seul bien, l’rap t’inquiètes pas celui-la c’est l’mien
souvent j’craques, en train de danser l’mia sur du sol mouillé
tu sais pourquoi ma banlieue, est une bonne source d’inspiration
parce qu’été comme hiver sous les képis coule la transpiration

conspiration, f-ck la police entre manifestation
c’est pour parler d’tout ça, que j’viens présenter ma prestation
arrestation, pour une histoire de séquestration
mais on entend pas parler de corruption pour une augmentation
j’vais pas chanter qu’ici tout est magnifique alors qu’tout est maléfique
c’est souvent d’travers qu’ca té-ma les flics
vaut mieux pas savoir, c’que pensent les soiffards
déterminés, et ca recommence à chaque fois qu’ca foire

[refrain]x2

c’est l’chant des soiffards , le chant des soiffards

[couplet 2]

obligé d’crier ma haine avant d’griller ma sense
toujours accro, pour plier la scène c’est mieux qu’sniffer la sess
tout l’monde voudrait quitter la tess voudrait viser la tête
j’ai esquissé la vraie la vie d’ici jusqu’à en épuiser ma teille
ici les soiffards, sortent les lames de rasoir
ont les shorts troués comme des p-ssoires et une chance de poissard
faut qu’tu vois ca, mais n’viens pas avec ton portefeuille
car rien qu’le fait de mettre ton pied dans ma ville te porte l’oeil

on a trop faim, ils veulent nous faire croire qu’c’est notre fin
on connait votre refrain, y’a vraiment rien qu’vous n’entravez
la nuit, j’rêve que j’suis blindé comme escobar
le jour j’ai mal aux poches elles sont encore plus vides que mon estomac
on f-ck les schmitts, normal on veut gratter notre llet-bi
mon doigt d’honneur est encore moins insultant que votre képi
tu veux gratter xxx sur les cotes de l’état on t’a pas donné ta
chance t’était dans l’fond avec le bonnet d’âne

tu connais ça, tu t’sent kérave, car la vie a trop fait sa crevarde
les li-sses repartent et t’a tout l’temps les crocs c’est ça
j’viens choquer la, patrie avec un gros pétard
c’est pas un flow d’pédale, pas d’opéra, mon concert est à l’hopital
chez nous on parles pas, on fait c’qu’on à a faire
j’aime pas les grandes gueules, qui pénavent pour tchi de leurs affaires
tu pose trop d’questions, on t’a pas appris à t’taire
mais t’plier à terre car içi la vie est amère

pourquoi crois-tu qu’on est tous nerveux
içi les haineux, sortent comme une poussée de beuh
les dalleux, des environs se comptent par centaines
quand ca descends sur paname les jours de fêtes c’est par trentaines
pagave de ker, broyage bicrave et braquage
réchauffe la cage, tu peux déjà plier tes bagages
on a une faim de loup on veut construire un empire
on a tellement les crocs qu’on foutrait l’trash à un vampire

[refrain]x2

c’est l’chant des soiffards , le chant des soiffards

[outro]
cen-za, 93 ma gueule, 9 300 montreuil, le chant des soiffards