azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

corentin moutet – bbb #1 lyrics

Loading...

[couplet 1]

tout les soirs c’est le même délire
j’suis solo dans mon salon
j’écris des rimes toute la nuit
en espérant qu’ma vie s’allonge
dans le noir mon esprit navigue
pas d’lueur j’suis perdu dans l’ombre
souvent j’pars à la dérive
je rêve de m’évader d’ce monde
j’écris ce texte
alors qu’j’devrais aller dormir
demain c’est loin mais j’veux m’échapper d’aujourd’hui
la vie un test
j’ai souvent vécu sous la pluie
un jour tout s’arrête
donc faut profiter d’sa famille

[refrain]

au sol un corps est cond+mné
éclairé par la lune
non, il ne fera pas là une
mort sous les coups d’un policier
au sol un corps est cond+mné
il ne reverra pas sa fille
sous le dernier coup d’un flic
ses battements de cœur ont cessé

[couplet 2]

encore un autre comor écrit entre la nuit et l’aurore
dans ma tête j’vois des horreurs qui me font souvent perdre le nord
pour l’avenir j’crois qu’c’est mort j’attends plus la désamorce
les yeux posés sur la bombe j’attends qu’mon âme sorte de mon corps
j’suis perdu
mes pensées se bagarrent entres elles
entre la joie et la haine
j’te jure le choix n’est pas très dur
j’suis perdu
longtemps qu’on m’a coupé les ailes
donc je ne prie plus le ciel
car il m’a volé mon grand père
c’est ça la vie frère
j’ai trop souffert j’sens plus la vitesse
j’ai les paupières qui s’ferment
dès qu’dans la pièce y’a trop de lumière
le choix est vite fait
j’ouvre une canette de bière
et j’noie mes peines sachant qu’demain sera pire qu’hier
bah ouais mon corps a l’intérieur ça fait longtemps qu’il ne sourit plus
donc le soir après 22 j’deballerai tout sur cette instru
problèmes de coeur elle m’a quitté sous l’abris de bus
j’suis allé acheter un flash à l’épicerie en bas d’la rue
fallait oublier mon passé
oublier mes soucis
effacer les visions quand j’la vois dans les bras d’un type
se noyer dans un verre
putain de schéma classique
j’serai sûrement mort d’amour
si j’connaissais pas la musique

[refrain]

au sol un corps est cond+mné
éclairé par la lune
non il ne fera pas là une
mort sous les coups d’un policier
au sol un corps est cond+mné
il ne reverra pas sa fille
sous le dernier coup d’un flic
ses battements de cœur ont cessé

[couplet 3]

encore hier il disait je t’aime à sa femme
les yeux tema sa fille le soir il lisait tard sa fable
sur la civière la vie a creusé dans sa faille
c’est le jeu de la vie où l’espoir meurt dès le départ
bah ouais qu’es+tu croyais
tu pensais contrôler la vie ?
plus de loyer à payer il passe ses nuits seul dans la ville
il vide les teilles souvent absent
noie ses pensées dans verres d’absinthe
il fume sa drogue les yeux pleins d’sang
pleurant la mort d’sa femme enceinte
sur un pont
le vide l’appelle dès qu’il est tard
livide son âme en peine
évite la joie dès qu’elle est la
de toute façon
c’est soit ça soit le mitard
je serai un mytho si j’lui disais que dans cette vie y’a de l’espoir
car si l’espoir existait faudrait payer pour en avoir
seul dans le noir mon encre vient colorer la page
qui est l’appât qui est la proie
j’pose la question aux politiques
ceux qui militent contre des actes que la plupart d’entre eux pratiquent
donc j’fais un double f+ck aux flics
et leurs bavures policières
les enculés s’prolifèrent
gardien d’la paix déclarent la guerre
double f+ck aux flics
et si mes propos t’offusquent
sache qu’on tabasse pas un homme
qu’il soit rebeu blanc ou black
on tabasse pas un homme
qu’il soit rebeu blanc ou black