azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

furax – demain c’est là lyrics

Loading...

j’ai trop d’inspi
les mots sortent seuls et ça de-spee
vas-y respire, si j’suis derrière toi c’est pour prendre l’aspi’
le rap se gaspille comme ces jeunes à balle de pastille
place de la bastille toulouse prend l’aspect d’une rale-spi
ça m’fait pas marrer comme cette taspé qui demande le respect
mais traîne avec des types qui la tournent et la soûlent à la despé
mais tous se paie, elle taille des pipes pour un frit de c
qu’est-ce t’as tu l’as testé n’est ce pas alors de quoi a-t-elle l’aspect
l’aspect d’une belle pute genre femme d’inspecteur
reine de la turlutte qui se cale dans la chatte l’extincteur
pendant que son cow-boy de mari patrouille le secteur
elle siffle le chien du voisin ou se tapera le facteur
facteur, je le serai chaque mois au parloir
nouvelle prison, nouveau décor mais ses matons ne vont pas me voir
j’adoucis la peine d’un frère j’remplis le réservoir
du sh-t, un moral en fer et une chambrette à l’au-revoir
au revoir à tous ceux qui de la vie ont mangé le revers
à la mémoire de camille que ton visage nous laisse tous rêveurs
à ceux que je vais pas revoir car la vie n’est pas avare d’erreurs
je sais à quoi ça sert maintenant que la mort ne soit plus terreur
terreur ! dans les yeux de ce gosse qui croise par erreur
cet homme de 40 ans qui traîne l’enfant sous un saule pleureur
et heure par heure, le drame d’une famille prend de l’ampleur
moi j’fais tourner l’sampler pendant que cette mère c’est dieu qu’elle implore

implore implore implore … (adhan)

implorer, comme tous ces dieux qu’on a incorporé
dans la vie de tous les jours, et gars tu pourras tous les comparer
pas un seul ne bouge pas un seul ne montre son tarin
et ça même à l’époque où le monde n’était qu’un seul terrain
terrain vague pas élagué où crament les vagos
parait que là-bas ça fait plus que draguer à croire les ragots
le ragot peut transformer n’importe quel ver en dragon
une rumeur à un euro et un type jeté d’un wagon
wagon de la mort, wagon de la honte
là où s’ent-ssent les corps c’est le ss qui fait le décompte
c’est juste des cons, tiens
mais quand la folie, la haine te contiennent
normal que ça soit un fou que tu soutiennes
soutien : beaucoup en manque et la misère devient routine
la roue tourne mais, pas dans le bon sens pour taper la fortune
la fortune, à force tue, pour porter le bon costume
l’homme se rue sur l’or et elle l’on chante à t-tre posthume
la thune, fait tourner un monde malade d’amertume
on manque d’eau potable mais l’homme prépare l’voyage pour neptune
ah elle est belle la vie qu’en dis-tu ?!
liberté, égalité, fraternité : j’crois bien que ces mots t-tubent
t-tuber, après la cuite ça c’est une habitude
mon levé d’coude là est rodé comme un vrai une-deux
j’traite cette vie de putain, et j’me dis “sors de là!”
mais suis-je vraiment le plus à plaindre ?
d’autres à onze ans sont déjà soldats

soldats soldats .. (bruit de mitraillettes)

soldat, c’est juste un pion sur l’échiquier
un homme à qui on dit : “fais-ci, fais-ça! va, eux sont à châtier”
sortez les mortiers, on a un monde à mettre en chantier
et comme a dit le colonel, la guerre est un long sentier
remplit de morts innocentes et on est sans tiep
on plante la baïonnette pour être sur de rentrer entier
j’ai dit pourquoi on m’a dit retourne dans tes quartiers
la guerre c’est pas la fête, on fera tout pour que vous le regrettiez
regretter, ce que vous auriez pu être, ce que vous étiez
s’jeter par la fenêtre ou continuer de trimer dans ce métier
métier, bruts tes salaires font pitiés
je p-sse sur le smic tiens comme middle cat dans la litière
mais qui t’es pour me dire de taffer comme une laitière
j’aurai pas -ssez d’heures pour la retraite que je serai déjà au cimetière
comme ça c’est dit j’taperai les caisses de vos -ssedic
et sans dec ça c’est une tâche pour laquelle je suis -ssidu
-ssidu à l’école mais ce mot, ne m’évoque que l-ssitude
ah si tu savais comment j’foutais la merde en cl-sses d’études
je faisais l’beau maintenant c’est sous mes yeux qu’elles p-ssent les thunes
au fond c’est peut être pas pour moi cette vie et leur “cl-sse att-tude”
l’att-tude d’un homme fait tout selon ses habitudes
le respect n’est plus sur aucune de nos lat-tudes
iam a dit demain c’est loin, depuis celà
j’ai le sh-t hors du cello’ et de ma main j’écris demain c’est là !