azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

loop & sept – extorsion de fonds lyrics

Loading...

[refrain: loop (-2)]
rien n’les arrête, et toi tu dois faire d’l’argent
pour payer c’racket permanent, chacun tente d’aller d’avant en s’débattant
mais sa dette l’écrasant, comment relever la tête décemment?
et c’est ça l’plan, t’empêcher d’y voir net et t’la mettre méchamment

[couplet 1: loop]
comment gober l’intox? la pilule p-sse dans les câbles du voisinage
lui, s’il était plus honnête, avouerait qu’du racket il n’en connaît pas juste que l’image
savoir qui nous baise est le minimum, l’excès de lucidité n’a jamais tué personne
c’est le filtre de sûreté visuel, du surplus d’pub dans les décibels
c’est dans l’époque, pas une peur de paranoïaque, vois ce qui nous braque
une averse de taxes versant plus d’un seau d’eau plein par anorak
c’est rappe ou raque
et si tu quittes la ville, subis l’impôt sur l’exil
imprègne-toi des nouvelles du vol sans frontière juste avant d’quitter l’domicile
[sept]
on subit l’racket du prix qui t’rémunère par tête à celui d’une paire de baskets
ils t’serrent pour trois barrettes mais même une plaquette reste une misère
quand on considère les disquettes qu’ils mettent sur chaque hémisphère d’la planète
les limites sont pas nettes, entre qui ils inquiètent, qui les libèrent, et qui ils arrêtent
contraints d’abdiquer face à des mécanismes bon train
on feint d’appliquer les lois dictées par un terrorisme mondain
aux confins d’l’égoïsme que cette supercherie contient
chacun thésaurise son bien, mais combien n’mémoriseront rien
[loop]
ils ont stoppé la prolifération d’artistes en voie d’apparition
grattant sur tous les fronts d’la prod aux placements en p-ssant par la promotion
ils t’ponctionnent jusque dans l’son
tu veux qu’ton disque fonctionne, tu t’y plies ou t’en subis les sanctions

[refrain: loop (-2)]
rien n’les arrête, et toi tu dois faire d’l’argent
pour payer c’racket permanent, chacun tente d’aller d’avant en s’débattant
mais sa dette l’écrasant, comment relever la tête décemment?
et c’est ça l’plan, t’empêcher d’y voir net et t’la mettre méchamment

[couplet 2: sept/loop]
hurlement initial déchirant, comme un pressentiment survenant brusquement
rêve d’enfant qu’on balise par convoitise là où l’sentiment se verbalise injustement
dès l’enfance on pousse à la dépendance planquée sous les sommiers
le profit abusif, un calcul complexe loin des mathématiques d’écoliers
et p-ssé l’cap des singles de la star ac’, jingle le premier pétard
c’que les p’t-ts veulent, les dernières nike pour pouvoir jouer les stars
plus terre-à-terre, plus tard lui raclera pour eux de ses poches trouées d’alcoolo pas clair
elle rentabilisera la redevance télé devant les colocataires
un avenir ça s’prépare, mais pour qu’la tire démarre, faut déjà remplir le réservoir
si tu veux voir la trajectoire de ton bolide franchir des hectares
loin du sordide et du désespoir, ensuite suffit pas d’avoir le répertoire
faut aussi raquer un forfait solide sinon l’mobile c’est qu’un accessoire
forcément, ils blanchissent l’or noir par franchises que les parties prennent
placent le bénef dans les comptes certifiés plus-value de chez elf aquitaine
la r-tap payée gr-ss-m-nt à chaque déplacement tolère pas d’dép-ss-m-nt
ses agents t’frappent, elle palpe salement et t’sape légalement
ils t’ont pas eu les autres fois, ils t’auront c’coup-ci
mais j’ai déjà fourni dans l’ch-ssé-croisé pourri
du chat et d’la souris auquel on restera soumis
tu parles de loco à l’ancienne sept, moi j’entends rien siffler
le coût du rail est tel que rares sont les ‘leurs croyant que j’m’y suis fait
la liberté s’paye cash, faut que j’en parle à mon banquier
le purgatoire en personne de mon compte, l’unique rentier
en cas de crédit, quand il tape dans la salle des gains c’est fou
sur les trois quarts de mes dépenses, mes taxes pointent au garde-à-vous
quand les corsaires des hautes sphères opèrent, ils faussent les données pour t’noyer
les pet-ts actionnaires servent de paratonnerre, c’est la colère de milliers de foyers broyés
l’abus de prélèvements, formalités dans les mœurs, la tombe lui revenant
biz d’églises en réseaux, pour eux la mort n’a de prix qu’l’événement
future tva sur testament
ils taxeront légalement
détourneront prestement
ce qui t’restera de tes parents
j’attends l’explication d’mon vivant mais ils aiment quand le procédé reste lent
tant qu’ils encaissent les vers-m-nts, tant que c’est eux qui t’baisent et pas invers-m-nt
tu raques même l’emplacement de la pierre d’où le nombre de noms sur une plaque
fin de carrière opaque reflétant dans une flaque l’ent-ss-m-nt dans les grands cimetières
(pom, pom, popom, pom, pom, popom, popom)

[refrain: loop (-4)]
rien n’les arrête, et toi tu dois faire d’l’argent
pour payer c’racket permanent, chacun tente d’aller d’avant en s’débattant
mais sa dette l’écrasant, comment relever la tête décemment?
et c’est ça l’plan, t’empêcher d’y voir net et t’la mettre méchamment