azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

sein – ce dernier verre lyrics

Loading...

j’ai trop peu dormi la nuit dernière
je dirai jamais non à ce dernier verre
faites en sorte que la nuit jamais ne s’arrête
que pour l’éternité ma vie soit une fête

j’tourne en rond dans ma tête et dans ma ville comme sur le périph’
j’ai habité les immeubles des pauvres et les immeubles des riches
bloqué dans ma ville comme ma carte après samedi
je voulais me barrer très vite mais j’me sens vide quand j’suis loin d’ici
arrondiss+m+nts par arrondiss+m+nts, moi je connais tes bars, moi je connais tes banques
d’abord je tire, après je bois, j’démolis mes poumons et j’démolis mon foie
t’es comme ma meuf, plus t’es loin, plus tu me manques plus t’es la, plus tu m’gonfles
soit j’suis dans le 11 à faire du son, soit j’suis dans le 20 avec une blonde
soit dans le 3, tard le soir à faire un poker, une paire d’as et je te paie, en vespa j’me perds
j’ai plus les pieds sur terre, mes semelles sont blanches comme neige
je dépense mon salaire: essence, clopes et bières
on est de sorti tous les soirs, on écume les fêtes et les bars
dans paris comme sur mon navire, ça tangue et je chavire

j’ai trop peu dormi la nuit dernière
je dirai jamais non à ce dernier verre
faites en sorte que la nuit jamais ne s’arrête
que pour l’éternité ma vie soit une fête

j’ai trop peu dormi la nuit dernière
je dirai jamais non à ce dernier verre
faites en sorte que la nuit jamais ne s’arrête
que pour l’éternité ma vie soit une fête

mon paris c’est pas métro, boulot, tombeau
chaque nuit je fais un nouveau numéro
déchiré, je regarde mon cadran, j’me dis qu’on verra demain si je regrette maintenant
c’est pas moi qui aime ma ville, c’est ma ville qui m’aime
même si des fois le soir, je p+sse devant les commerces qui ferment
pas assez de biff, pas assez de temps, mais y’a trop de touristes sur les champs
j’allume ma clope en me levant, j’prends mon croissant aux café des anges
toute ma vie j’ai vécu sur quelques kilomètres carrés
aujourd’hui j’habite la rue dans laquelle je suis né
je sais même plus si paris est mon berceau ou ma prison
mais pour rien au monde je quitte cet endroit
même si j’y laisserai mes poumons
on est de sorti tous les soirs, on écume les fêtes et les bars
dans paris comme sur mon navire, ça tangue et je chavire

j’ai trop peu dormi la nuit dernière
je dirai jamais non à ce dernier verre
faites en sorte que la nuit jamais ne s’arrête
que pour l’éternité ma vie soit une fête

j’ai trop peu dormi la nuit dernière
je dirai jamais non à ce dernier verre
faites en sorte que la nuit jamais ne s’arrête
que pour l’éternité ma vie soit une fête