azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

vald – bukkake lyrics

Loading...

[intro]
shlag, shlag, shlag, shlag

[refrain]
j’fume que des cigarettes, (ouais) avant l’prochain bédo (ouais)
et l’trocadero, c’est le pit sans aucun défaut
les groupies m’font peur (ouais), elle fourmillent sous l’beurre (ouais)
j’fais des houpies pour l’heure, j’vais faire semblant qu’j’ai aucun réseau
mais whoopi goldberg, m’empêche de nuire dans la nuit
l’enfer, j’y descends la nuit, pour sourire comme groupie gaule fraîche
si t’as des soucis sœurette viens dans ma boutique secrète
c’est moi qui fournis goltex ça devient pourri je sais

[couplet 1]
tellement tellement tellement bien dans cette routine infâme
j’en ai soumis un tas, à force d’être en chien j’en ai gigoté même avec du sirop teisseire
vodka j’mijotais sec pour pas jouir au dessert
sur sa sale gueule qu’j’ai laissée trairant
ouais c’est vraiment dément l’démon m’démange démonte des hanches défais tellement d’désespérants
ma mère gueje géant faites des excès céant teubé d’pète-shnek béantes bel homme

[refrain]
j’fume que des cigarettes, (ouais) avant l’prochain bédo (ouais)
et l’trocadero, c’est le pit sans aucun défaut
les groupies m’font peur (ouais), elle fourmillent sous l’beurre (ouais)
j’fais des houpies pour l’heure, j’vais faire semblant qu’j’ai aucun réseau
mes houpi goldberg, m’empêchent de nuire dans la nuit
l’enfer, j’y descends la nuit, pour sourire comme groupie gaule fraîche
si t’as des soucis sœurette viens dans ma boutique secrète
c’est moi qui fournis goltex ça devient pourri je sais

[couplet 2]
j’vois qu’des victimes affriolantes vils-ci à qui il faut vendre une nouvelle table innovante
c’est d’la qui n’à qui n’offense j’éclate vos babines au sens propre
les années moussantes froc peuvent parler autant
habille en flane-riff frôlant quasi-p-ssionant
j’vois des mamies batifolantes après quatre kilos d’chanvre
mais bon ça tarit nos lampes terre dans l’p-ssio
les années nossantes traînent mes glaviots dans l’zen
horacio peut s’faire enculer par des latinos
il’retrouvera pas nos salaires bouffés par les adinos
j’aime les fomblards qui s’taisent juste bons qu’à sucer
bande de cons r-ssurés adios
j’m’en fous j’m’écrie dès l’matin d’la douce beuri c’est malsain
la fourberie d’ces tapins fit l’amour de vivre larbin
mais raboule le sh-t de mars j’ai l’impression qu’la foule me kiffe
tou-tous les tournevis sourissent à ma boucherie sale shlag
amadoué t’as qu’à souffler pour approuver quand vald tase
dans la mouille à souhait sous la bouée trouée
c’est pas grave avouez-le, style macabre
et bafouillez tant qu’ma cl-sse est bafouée
la cave reste à fouiller maggle
ta gueule retourne branler tes beaux pistolets
tes kadafistes commère représentent ton bilboquet
tu pleures l’absence de filles honnêtes comme un d-ld- g-y
nique la mère aux fils coffètes celle aussi du fils copec

[refrain]
j’fume que des cigarettes, (ouais) avant l’prochain bédo (ouais)
et l’trocadero, c’est le pit sans aucun défaut
les groupies m’font peur (ouais), elle fourmillent sous l’beurre (ouais)
j’fais des houpies pour l’heure, j’vais faire semblant qu’j’ai aucun réseau
mes houpi goldberg, m’empêchent de nuire dans la nuit
l’enfer, j’y descends la nuit, pour sourire comme groupie gaule fraîche
si t’as des soucis sœurette viens dans ma boutique secrète
c’est moi qui fournis goltex ça devient pourri je sais

[outro]
vald-ld yeah, ce soir mésopotamie ou à la maison entre amis j’irai tacher vos beaux hab-tch
tu peux être séropo ma bite
heheh
nqntmqmqmb2 bientôt dans vos faces