azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

3ème oeil – hier, aujourd’hui, demain lyrics

Loading...

boss one
on a grandi ensemble, foutu le ouaï ensemble
sans faire de semblant
te considérant comme mon propre frère
aucune barrière, ce qui était à moi était à toi
inséparables comme des siamois
ton père je l’appelais papa
dans toutes tes embrouilles tes peines j’étais là
comme si elles étaient miennes pour toi
j’aurais pu y rester, me faire b-tter ça me faisais rien
je ne craignais pas de gun
s’il fallait jouer les baracouda, lutter
je l’aurais fait sans hésiter
je pensais que c’était réciproque
que notre amitié n’était pas en toc
mais aussi dure que roc
en bas du bloc, chacun son -ssocié, devais gagner ses galons
pour se faire respecter quand monte le son
séparation pour trahison dans le fond de quoi péter un plomb
hier je ne jurais que par mon équipier
aujourd’hui où il est, hein, où il est

refrain
amitié gâchée, amitié gâchée

mombi
caché derrière une porte
je guinches ces poulets qui l’escorte
le coup n’a pas réussi
tant pis, il faut que je sorte
d’ici, que je mettes le pognon à l’abri, une fois fait
que je prenne des nouvelles de mon ami
je me fais beaucoup de soucis
mais je sais que si il y a quelqu’un sur qui je peux compter c’est bien lui
je fonce me changer, une heure déjà devant la télé
le téléphone bien branché pas question que je m’endorme
je dois resté éveillé
je ne fais quesonger, me ronger à l’idée
de savoir que mon pote va tomber
demain il ne se p-sse rien je fonce chez l’avocat
j’ai de quoi payer, c’est pas une question de pitié, mais juste de l’amitié
trois heures plus tard un bruit sur le palier vient me troubler
mon cerveau me joue des mauvais tours ou ça sent vraiment le cramé
vaut mieux que j’aille calibrer
ok j’y vais, on frappe à la porte, “qui c’est ?”
“c’est moi néné, ils m’ont relaché !”
je savais que ça ne pouvait que marcher, j’ai marcher

boss one
contrat moral, pacte pour le bien ou le mal, jamais en désaccord, uni à la vie
à la mort, j’avais tord, la confiance n’est plus au gout du jour
en commun nous n’avons plus que le béton des tours
un parcours lourd semé d’embuches, je me rappelle des parkings
où l’on jouait à la roulette russe que ça soit toi qui est voulu me baiser
m’a choqué, trop abuser de ma bonté
un autre ça ne m’aurait pas dérangé
car la jungle a fait de nous des loups prêts à sauter sur tout
des souvenirs de gosse viennent me hanter la nuit
à l’école on nous appelait
les rois de la buissonière, j’étais
thomas sawyer et lui huckleberry
jamais présent toujours en train de faire des conneries, une fois, une fois, pas
deux, pas deux, je n’ai confiance qu’en mon ombre
mon plus fidèle ami car avec lui quoi qu’il se p-sse, je ne serais jamais trahi
amitié gâchée à la vie l’ami, amitié gâchée

mombi
je n’aurais jamais cru ça de toi
te croyant dur comme les murs des caves
où se sont p-ssés nos moments de galère
désormais entre quatre murs
je vis l’enfer, pourquoi n’as tu pas tout pris sur
toi, tant de question dans mon cauchemar
mais je n’en veux qu’à toi, j’ai fait des erreurs, j’-ssume
mais si c’était moi qu’ils avaient arrett´s plutot que
balancer, je serais sur le bitume
au poste ils m’auraient frappés, refrappés
mais aucun nom ne sortirais, “avec qui tu étais ?”
“seul”, “tu mens”, “seul”, des taquets j’aurais mangé, remangé
mais rien à gratter, voilà ce qu’est l’amitié !!!
enculé !!!