azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

5 impacts – langage de rue lyrics

Loading...

[ refrain: loorf ]

language codé dans chaque bat y’a cruel
victimise le game c’est cash en cruel
on marque notre presence ils enchaine les defaite
comme un xxx graille xxx sans meme faire expres
sans meme faire expres
quand ta le pepom pas besoin de pe-pek
ils perceront ta chaire pour en faire un dechet
si tu crois qu’les barretes et qu’les ventes ces des jouets
le double-s on vient representé
vesti termo sont la pour nous alliers
premiere impact viens pour tous chambouler
jusqu’a la cinquieme j’vous offres toute ma charité
toute ma chariter des tonnes et des tonnes de billets empiler
j’ai rien vue rien entendue c’est si simple que sa le language de rue

[ couplet 2: dice lossa ]

mort aux porcs (x2)
ouais poto sa vien du coeur
on les botte (x2)
pour sa qu’jsuis de bonne humeur
ohlolo biensur que c’est chaud par ici
tu fume du shit negro t’hallucine
tes pensée ne sont plus tres luide
ta jeté ton coeur glacée dans a cidre
pas n’importe qui pourrais defourailler
tu tien pas trois seconde face a mes fou alliers
on un qu’un seul but poto c’est de mailler
si sa part en couilles que sur mes djo alliers
j’comptrais des billets d’cents
les poches remplie d’liquides on a fait couler l’sang
mes gavas sont tres street en 20 minute en descente
sal-sud le double-s negro c’est sur on est dedans

[ couplet 3: dooba ]

ces trou du q sont trop lache pour m’epaulé
que des vrais frere que des brave a mes coter
ils rap pour etre coté
nous ont veux qu’le biff mais j’compte pas sur la zik pour m’envoler
pas la pour rigoler je fais c’que j’ai a faire
et tes rappeurs ecrivent c’que les autres font
par la pour mitoné disent c’que j’ai due faire
dans les moments de crise pour s’remplir un peu la chepo
grandis dans la tess
grandis dans la crise
donc ont veux des villas ont veux des caisse on veut du biff
les pieds dans la merde on se doit de faire la diff
se doit de faire du chiffre afin de mettre bien la miff
j’en ai dans le ventre attend j’vais te le montrer
soutenue par mon gang les rappeurs ne sont pas pret
frere t’es pas contents mais negros j’ai pas ton temps
jvais faire couler le sang de ces rappeur handicapé

[ refrain: loorf ]

language codé dans chaque bat y’a cruel
victimise le game c’est cash en cruel
on marque notre presence ils enchaine les defaite
comme un xxx graille xxx sans meme faire expres
sans meme faire expres
quand ta le pepom pas besoin de pe-pek
ils perceront ta chaire pour en faire un dechet
si tu crois qu’les barretes et qu’les ventes ces des jouets
le double-s on vient representé
vesti termo sont la pour nous alliers
premiere impact viens pour tous chambouler
jusqu’a la cinquieme j’vous offres toute ma charité
toute ma chariter des tonnes et des tonnes de billets empiler
j’ai rien vue rien entendue c’est si simple que sa le language de rue

[ couplet 4: peck ]

on parle le langage de la rue
le langage de la rue tout depand de tu parle ( oh oui)
le langage est code a la puce
souvent pour de la pure ou soit pour de la verte ( oh oui)
on est plus codé que ces condé
ils pensent nous connaitre nan ils ont deconné
on va te cogner sans ce cognac
si tu m’parle japonais alors tu doit rall-sse

tu p-sserras pas entre les maille des fillet
meme si t’es félé mes putains de billet tu va me les fillet
dans la vie trop de langue de pute faudrais leurs exciser
j’vous salut moi c’est parmis les vraies que je suis exilé(sal-sud)
100% vrai je ramene d’la bonne sauce
contrement frere a tous ces clodos a tout tes potos qui joue les chaud mes se sauve

[ refrain: loorf ]

language codé dans chaque bat y’a cruel
victimise le game c’est cash en cruel
on marque notre presence ils enchaine les defaite
comme un xxx graille xxx sans même faire exprès
sans meme faire exprès
quand ta le pepom pas besoin de pe-pek
ils perceront ta chaire pour en faire un déchet
si tu crois qu’les barrettes et qu’les ventes ces des jouets
le double-s on vient représente
vesti termo sont la pour nous allier
première impact viens pour tous chambouler
jusqu’à la cinquième j’vous offres toute ma charité
toute ma chariter des tonnes et des tonnes de billets empiler
j’ai rien vue rien entendue c’est si simple que sa le langage de rue