azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

cenza – il n’y aurait lyrics

Loading...

[couplet 1]
j’aurais même pas -ssez d’instrus pour tout vous raconter
la montée d’mon inspiration déborde et ne peut pas retomber
qu’ai-je annoncé d’plus si ce n’est la même que les autres
on avance pas en restant allongé dans le creux des fautes
j’ai craqué, croqué le savoureux piment
paumé illicitement malgré la couleur de mon pigment
il n’y a plus d’bons ni d’mauvais, à chacun sa morale
depuis l’jardin, l’sourire du malin est toujours aussi adorable
comme un vieux con mon rap n’a pas changé
j’vous emmerde tous, sucez donc ma plume, regardez-la danser
il n’y aurait pas -ssez d’instrus pour que vous m’écoutiez
sur ma feuille, le son du rap français n’a pas fini de s’égoutter

[couplet 2]
il n’y aurait pas -ssez d’silence pour que vous m’ignoriez
suis l’serrurier, va voir là-haut si l’seigneur y est
c’est pas la joie, le sourire se jaunit avec le temps
une perte de dents, on se sent plus confortable dans une paire de gants
suivre le vent laisse une sale impression
a chaque fois en avant, l’étau s’referme, peux-tu ressentir la pression ?
telle est ma question
je n’attends même plus d’réponses
il n’y aurait pas -ssez d’drogues pour que la terre se défonce
je dénonce le pouvoir au peuple
ma musique ne p-sse pas au club
dicter mes idées vidées du tiroir au meuble
qui a cru que j’étais fini s’est trompé
il n’y aurait pas -ssez d’rappeurs pour me faire tomber
tu croyais que c’était terminé, mais ça ne fait qu’commencer
derrière mon air miné, j’ai les crocs lancés
pour des liquidités certains seront liquidés
du commun des mortels, la seule espèce qui s’est suicidée
comprendras-tu mon discours ?
j’p-sse mon temps à refaire le monde, c’est pas une perte de couilles mais une perte de bombe
mentalité déracinée, désactivée, dévalisée
des qualités contre réalités
tu peux m’entendre rimer mais captes-tu les phases innombrables
je vais donc toutes les faire avant que tu n’les f-sses
donne mes textes aux scientifiques mathématiciens
apparition, illusions, rimes, tu peux m’appeler magicien
mécanicien d’la parole, j’vais pas jouer d’la flûte
eh bâtard, fais pas l’canard pour trouer d’la pute
la poisse me court après, j’ai beau masqué l’odeur
il n’y aurait pas -ssez d’gendarmes pour attraper l’voleur
ne fais pas le narvalos avec los benos, vamos
y a qu’dans tes clips qu’tu roules en gamos
j’mets la dose aussi stérile qu’une seringue de geuch’
ma gauche te couche j’décoche plus discret qu’une empreinte de veuch’
j’empreinte le chemin de dieu
il joue avec le feu pour s’coller la marque du diable entre les deux yeux
me demande pas c’que j’veux, je saurais même plus quoi dire
il n’y aurait pas -ssez d’mots pour déchiffrer l’avenir
plus t’es gentil, plus on s’en bat la race
inondé d’sang, tu dis savoir nagé mais tu vas boire la t-sse
désemparé j’ai tant parlé, j’ai trop décris ma vie c’est dit l’ami
j’essuie ma mine, défie la rime et fuit l’abîme
tu croyais savoir rapper puis tu m’as écouté
t’as vite compris qu’la rime n’était pas si facile à découper
j’ai pas l’sens de l’humour d’un képi
entrave ça ma petite gueule
télécharge mon cd et fais-en des copies
j’suis à deux doigts d’la folie, la raison s’est défilées
j’ai crié, comment être entendu par ces négriers ?
on est tous égaux mais avec une tête d’inculpé
il n’y aurait pas -ssez d’encre pour que j’puisse tous les insulter