azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

disiz la peste – cours d’histoire lyrics

Loading...

[intro]
“this things are not reported to us in our history books
we have to find out on our own”

[couplet 1]
j’me fous du monde et prépare ma libération
je suis le nouvel observateur en pleine expansion
t’as l’droit d’savoir ce qui m’révolte
j’suis un envoyé spécial remonté à 3000 volts
les complaintes de la connaissance c’est ce qui m’a bercé
toute mon enfance à me chercher je l’ai p-ssé
avec ce manque de reconnaissance, ce qui m’a blessé
y’a une faille dans ton système, putain c’est que j’l’ai percée
disiz la peste, j’pr-ne la paix et tout l’monde le sait
avec j’pète les plombs j’ai eu tout ce succès
on m’a invité à faire des émissions pour que je joue ce rôle
essaient d’me faire croire que mes paroles ne sont que drôles
quand ils veulent du sensationnel, ils appellent joey starr
mais quand c’est du négro peace and love, c’est mc solaar
essaie d’me coudre sur la peau cette étiquette
avec des points de sutures en fer
pour que jamais, je ne l’enlève
l’étiquette du rappeur casquettes, baskets
misogyne et sans hygiène, pas grand chose dans la tête
c’que j’viens annoncer à cet auditoire est effroyable
c’est que depuis l’départ je joue leur jeu
c’est vrai mais incroyable
je suis le parfait prototype qui contrecarre tous tes clichés
l’ant-thèse du rap de base avec qui tu nous as lynchés
depuis olivier cachin et paris city rapping
h-i-p h-o-p, ces clichés furent rapides
je suis ton nouveau prof d’histoire, te remémore ces éléments
c’est grave, aujourd’hui les cd sont les livres de demain

[pont]
“cette indépendance
c’est par la lutte qu’elle a été conquise
ensemble, mes frères, mes sœurs
nous allons commencer une nouvelle lutte
une lutte sublime”

[couplet 2]
wesh mon frère, pose cette pierre
laisse cette innocente vitrine
si c’est toi qui tire, tu transformes le tireur en victime
je (pfff) souffle sur ce molotov que tu mets sous ce coffre
quel cadeau tu leur offres, ils ont rendu ton âme amorphe
pose ce molotov, pour eux j’ai mieux, du héros j’ai l’étoffe
j’écris des textes sur des feuilles qui tombent partout comme en automne
retranscris notre histoire à 20 livres en plusieurs tomes
gros, si j’te vend d’la vérité, j’peux t’en livrer des tonnes
métisse donc pas monochrome, c’est un homme au cro-mi
on m’a trop promis, pour trop me le mettre
depuis la pet-te école, et ses maitres
envois-leur ce sms, maitres et maitresses
pour moi le monde est une bibliothèque
merci d’m’avoir appris à lire, maintenant gardez vos cours
j’apprenais plus vite dans la cour, merci beaucoup
pire qu’un pavé, pire qu’un molotov
c’que j’aime c’est apprendre, ensuite, je l’rappe et des gens m’entendent
je me cultive, lis des livres, fait des nœuds avec mes racines
on nous a pas tout appris, donc j’vous envoie un signe
personne ne m’a dit d’où je venais
j’ai dû chercher moi-même
et ça y est j’me suis retrouvé
je suis le nouveau prof d’histoire, est-ce que tout le monde est présent ?
la tâche sera dure, cinq minutes pour parler d’500 ans

[pont]
“après les comptoirs coloniaux de l’ère coloniale
les comptoirs idéologiques de l’ère atomique
or, cette domination nouvelle est plus pesante que l’ancienne
car elle tend plus gravement à nous aliéner
en nous déracinant de nos valeurs culturelles de notre âme
sans même nous apporter la prospérité
il faut le dire”

[couplet 3]
ah ouais, t’as toujours pas compris que j’ai repris ce que tu m’avais pris
avec ceci, je reconstruis ce que tu as détruit
dans les librairies, j’ai appris ce qui n’a pas de prix
(crois) et je prie pour que ces écrits portent un jour leur fruit
maitresse, tu m’as rien appris sur mon afrique
est-ce que parce que t’as honte, ou bien parce que t’as tout pris ?
tu m’as pas dit que la guerre d’indochine, c’était ta faute
tu m’as pas dit que la guerre d’algérie, c’était ta faute
tu m’as pas dit que si l’afrique est pauvre c’est de ta faute
tu m’as pas dit que l’occident a fait un puzzle avec ce monde
je suis le nouveau prof d’histoire, le cours d’aujourd’hui
c’est sortir le 44 (1944)
tu m’as parlé de molière, flaubert, baudelaire
moi c’est senghor, césaire et martin luther
tu m’as parlé de de gaulle et de napoléon
moi c’est mandela, lumumba et steve biko
où sont les discussions de vian et sartre à st-germain
tu avais omis de me dire qu’ils nous ont fait du bien
maitresse, tu m’as pas dit qu’après la guerre mondiale
10 ans fut le temps de l’embargo contre l’allemagne
10 ans pour un pays qui a embrasé le monde
alors que déjà 12 ans pour l’irak et ses puits de pétrole
je suis le nouveau prof d’histoire
je prépare mes cours très tard le soir
contre les politiques qui devant le pupitre se lèvent et mentent
je bois un thé à la menthe, et là je rappe avec véhémence
les icônes que tu me donnes me pousse à être stupide
ta culture de m-sse m’asphyxie et je la suicide
j’suis pas communiste, j’suis pas islamiste, je suis juste lucide
et je sais ce que je sais
je suis le nouveau prof d’histoire dans cet état français

“à l’école, vous nous avez enseigné, vous, français à discuter sur les principes de la rationalité et de la justice sociale. or, aujourd’hui dans le dialogue nord/sud, vous ne voulez plus accepter de discuter sur ces principes. les pays développés sont de mauvaises volonté”

[couplet 4]
monsieur le prof, les égyptiens étaient des négroïdes
où je l’ai su? c’est cheikh anta diop qui me l’a dit
les caucasiens ont un p-ssé -ssez sombre
l’apogée de vos anciens empires a ses ombres
nous ne sommes pas -ssez nombreux
ce cours d’histoire, aujourd’hui, c’est pour comprendre
adopter le mot prendre
et oublier le mot rendre
garde ton argent qui pense payer nos cendres
mes connaissances augmentent de janvier à décembre
attention, je ne discute plus en bas d’un hall
mais au pied d’un baobab, tard le soir au sénégal
pas autour d’un bédo, ni autour d’une teille-bou
mais avec les gens que t’appelles marabout
amadou hampâté bâ a écrit et je l’ai su :
“lorsqu’un ancien meurt, une bibliothèque brûle”
ce sont eux mes nouveaux profs d’histoire
car apprendre est un devoir

“des peuples entier ont été vidés de leur culture
vidés de toute culture…”