azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

lorage – attrape-rêves lyrics

Loading...

[refrain]
si je réussis c’est dû ni au hasard ni à la chance
a la naissance j’ai prêté allégeance à l’art d’incarner la légende
avec mes rêves pas le droit d’être paresseux
plus le droit à l’erreur si la fille que j’aime apparaît seule
c’est dû ni au hasard ni à la chance
a la naissance j’ai prêté allégeance à l’art d’incarner la légende
avec mes rêves pas le droit d’être paresseux
pas le droit à l’erreur et la fille que j’aime apparaît seule

[couplet unique]
après avoir percé, après la traversée
est-ce que vous m’accuserez aussi de commencer à commercer ?
les erreurs du p-ssé s’apprennent
je veux pas savoir comment demain s’appelle
a chaque jour suffit sa peine
je veux pas brûler mes ailes
même si la misère est plus belle au soleil
je préfère ma terre émotionnelle
perdez pas la tête à tenter d’entrer dans la mienne
escalade himalayenne à finir noyer dans la bière
je sais pas, j’ai plus confiance en moi
je me promets, je me trahis pour me confesser sans foi
chaque matin je doute : est-ce que je vais dormir par terre ?
la famille sans toi, c’est un toit sans ses murs porteurs
je resterai loyal envers ma tribut
parce que je jouerai pas ce rôle ingrat que babylone m’attribue
être artiste pour garder les pieds sur terre
un pied dans la matrice et l’autre en trajectoire incertaine
mes cauchemars m’avaient promis qu’ils me rattraperaient
bienvenue dans la maison où les pièces sont remplies d’attrape-rêves
le négatif s’est développé j’ai trop joué dans le noir
se dévoile les photos de ma mémoire dans la baignoire
tu connais cette anxiété qui t’empêche de bouger, de manger, de penser
effrayé par la foule et le désert, quand les secondes deviennent des heures
dans ce cyclone les docteurs deviennent des archanges
des oiseaux en cage, cette beauté que l’homme saccage
cinquante milliards d’hectares pour que le bonheur se cache
trop d’année à se rep-sser ces vieilles c-ssettes de mon p-ssé
ça devenait insensé je voulais tellement être insensible
a quoi ça sert de ressentir à s’en blesser les veines ?
ces montagnes russes qui m’exaspèrent et osent me dire que j’exagère
c’est très rare que j’m’ennuie et quand j’écris je m’enfuis
la ritaline me pourrit la vie mais je m’en fiche
mes chances refroidissent tandis que l’alcool me réchauffe
il est pas trop tard si tes rêves sont encore sain et sauf
lentement, la vie prend son sens
ses tourments soufflant le vent de la vengeance au tournant
le temps s’accélère et on a pas l’habitude
les plus belles heures me regardent prendre de l’alt-tude
y’a du taff, jamais satisfait du résultat
shazammant les minutes de silence entre les attentats
je prends le chemin de moins de résistance
je prends la censure à distance
ses yeux qui dévisagent avec insistance
les gens me connaissent mais je reconnais plus les gens
l’histoire est une conn-sse je préfère entrer dans la légende
cv en désordre, et alors?
j’organise mon évasion pour plus avoir à recevoir des ordres
créer le scandale dont j’ai besoin et je commencerai par la fin
j’ai la dalle d’un gosse amaigri par la faim
je dis ce que je pense sans tergiverser
décès des faux amis dans mes derniers versets sans une goutte de sang versée
je travestirai plus ma vie pour un salaire de merde
j’ai traversé la mer, aujourd’hui je roule en sens inverse
mon p-sseport a plus de tampons que mon téléphone
je rattraperai mes rêves même avec mes idées folles
j’apprends à m’écouter, à croire en mes couplets
dans l’obscurité je prends la force du bon côté

[refrain]
si je réussis c’est dû ni au hasard ni à la chance
a la naissance j’ai prêté allégeance à l’art d’incarner la légende
avec mes rêves pas le droit d’être paresseux
plus le droit à l’erreur si la fille que j’aime apparaît seule
c’est dû ni au hasard ni à la chance
a la naissance j’ai prêté allégeance à l’art d’incarner la légende
avec mes rêves pas le droit d’être paresseux
pas le droit à l’erreur et la fille que j’aime apparaît seule