azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

100 blaze – minot lyrics

Loading...

[intro]
et quand on était minot tu rigolais bien
hey

[refrain]
besoin d’avancer car le succès ne viendra pas toquer
à ma porte ou à celle du frérot d’à côté
les regards braqués sur moi font qu’j’ai pas l’choix
né pour faire régner la terreur, gagné comme à chaque fois
en vérité depuis minot, j’rêve de les démonter
les faire descendre mais ils n’ont jamais rien monté
j’vais prendre le large seul ou avec toi
né pour faire régner la terreur, gagné comme à chaque fois

[couplet 1]
et quand on était minot tu rigolais bien
tu cherchais à nous faire reculer, t’essayais en vain
aujourd’hui, pas de diplôme, moi j’m’en sort bien
je suis fier de ma p-ssion, un métier pas comme les tiens
inutile de menacer, on s’ramène on allume, et on repart, oui, on s’arrache
et j’sais qu’elle veut le cl-sser mais c’est mort, y’a déjà ma team dedans donc, oui, arrache-toi

[pré-refrain]
j’ai trouver ça délirant de voir tes amis courir
à la vu du papillon, c’lui qui dép-sser du jean
faut euros, faut millions pour voyager qu’en avion
pour pouvoir quitter la zone, le goudron nous tue la peau, nan, nan

[refrain]
besoin d’avancer car le succès ne viendra pas toquer
à ma porte ou à celle du frérot d’à côté
les regards braqués sur moi font qu’j’ai pas l’choix
né pour faire régner la terreur, gagné comme à chaque fois
en vérité depuis minot, j’rêve de les démonter
les faire descendre mais ils n’ont jamais rien monté
j’vais prendre le large seul ou avec toi
né pour faire régner la terreur, gagné comme à chaque fois

[couplet 2]
et quand on était minot tu rigolais bien
quand on était des voleurs, ou des p’t-ts morveux du coin
aujourd’hui, guette les idiots qui rigolait au loin
j’ai souffert mais attention la douleur m’a rendu ferme
inutile de m’déplacer, elle appelle et elle s’ramène sans que j’bouge le pet-t doigt
et j’sais qu’elle veut le cl-sser, j’sais qu’elle veut les chaussures, les lunettes aux 20 carats

[pré-refrain]
j’ai trouver ça délirant de voir tes amis courir
à la vu du papillon, c’lui qui dép-sser du jean
faut euros, faut millions pour voyager qu’en avion
pour pouvoir quitter la zone, le goudron nous tue la peau, nan, nan

[refrain]
besoin d’avancer car le succès ne viendra pas toquer
à ma porte ou à celle du frérot d’à côté
les regards braqués sur moi font qu’j’ai pas l’choix
né pour faire régner la terreur, gagné comme à chaque fois
en vérité depuis minot, j’rêve de les démonter
les faire descendre mais ils n’ont jamais rien monté
j’vais prendre le large seul ou avec toi
né pour faire régner la terreur, gagné comme à chaque fois

[outro]
pour faire régner la terreur, gagné comme à chaque fois
pour faire régner la terreur, gagné comme à chaque fois
pour faire régner la terreur, gagné comme à chaque fois
gagné comme à chaque fois