azlyrics.biz
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

swift guad – chronique ordinaire lyrics

Loading...

une pet-te vie, des p’t-tes économies, une pet-te retraite et puis une pet-te tombe
on nait seul, on vit seul, on meurt seul

[couplet 1]
une voiture dans l’abribus, des boyaux sur le hardtop
un crime avec une poussette encastrée sur le parechoc
des barjots gonflés à bloc, dans un excès d’alcool
il est jeune et inconscient, il se prenait pour al capone
il est aux shtars comme la plupart des mecs d’en bas
et sa vie est un enfer, il ne reçoit pas de mandat
résistance c’est l’étendard, intégré comme le zidane
elle a trop été tentée elle s’retrouve avec le sida
une image, des nuages, des immeubles une vie minable
on vit en concubinage avec malchance et fusillade
il est beur, barbu, il parle souvent du djihad
elle est vicieuse et foudroyante, elle se pr-nonce en une syllabe
car ici y’a plus d’miracle, la mort est vieille comme le monde
alors je lis sur les visages de ses femmes et d’ses hommes de l’ombre
une lueur trop poétique, parce que leurs propos m’épuisent
il enchaine popo et tise et dit qu’les jeunes s’auto-détruisent

[refrain]
car on est loin d’avoir grandi dans un domaine résidentiel
ma bohème s’écrit sans thème, c’est poème et chrysanthème
dans la rue j’ai vu trop d’chiennes et des problèmes existentiels
ici tous les gosses ont peur des prochaines présidentielles
on est loin d’avoir grandi dans un domaine résidentiel
ma bohème s’écrit sans thème, c’est poème et chrysanthème
à l’antenne j’ai vu trop d’chiennes et des problèmes existentiels
ici tous les gosses ont peur des prochaines présidentielles

[couplet 2]
il est propre, bosseur pdg d’une pmi
il trompe sa femme avec la secrétaire depuis une décennie
il fait ses d’voirs dans la cage d’escalier le gosse est émérite
famille nombreuse dans un f2 vit avec moins d’un rmi
le shmitt est trop zélé il devient un père absent
son fiston écoute du rap et il bédave en permanence
de nos jours on perd d’avance
et même avant l’accouchement
il est un grand-père modèle mais il rêve souvent d’attouchement
elle est belle, célèbre, elle est douce et trop fragile
elle est partout elle traine ses fesses entre partouzes et cocaïne
comme la plupart des go faciles elle aime vraiment l’oseille
indépendante la fille se prend pour une starlette des temps modernes
bosser pour des clopinettes lui s’est dit “j’ai trop trimé”
mais il est seul sdf maintenant qu’il dort métro crimée
à base de médiocrité, on opère a cœur ouvert
la poétique du bitume a vu jusqu’où la peur nous mène

[refrain]
car on est loin d’avoir grandi dans un domaine résidentiel
ma bohème s’écrit sans thème, c’est poème et chrysanthème
dans la rue j’ai vu trop d’chiennes et des problèmes existentiels
ici tous les gosses ont peur des prochaines présidentielles
on est loin d’avoir grandi dans un domaine résidentiel
ma bohème s’écrit sans thème, c’est poème et chrysanthème
à l’antenne j’ai vu trop d’chiennes et des problèmes existentiels
ici tous les gosses ont peur des prochaines présidentielles

[couplet 3]
une chronique ordinaire, le vague à l’âme est sur le macadam
il est saoul au chômage et quand il rentre le soir il bat sa femme
en bas ça crame et la voix du vice fait du rabattage
pendant qu’la daronne prend des coups c’est elle se tue à la tache
il est chauffeur de bus il taffe dans la pression
dépressif, il se chie d’sus depuis sa dernière agression
un enfant perd la raison et se débat dans les songes
la scène se p-sse près d’ici et finie par une pendaison
y’a beaucoup d’-n-lphabètes, j’vois la situation s’aggraver
elle est sur le tapin et subit les menaces d’un albanais
elle est à l’angle de l’avenue donc si tu p-sses regarde la bien
elle tourne entre un paquet d’rapiats, des bars à putes, des varapiens
elle part à pied, pour bosser tous les matins
il est maton et il se plait à persécuter des gamins
il est roumain, vole des parcmètres et sacs à main
il est braqueur à l’aspiro dans les vitrines des magasins
agacé par le destin, le c-cktail est formidable
juste une chronique ordinaire le cortège suit le corbillard
ici y’a des tonnes d’ignares donc on manie l’omertà
lui il voit p’t’être un espoir au jt d’harry roselmack
car sur paris nos mères craquent, il veut repartir au bercail
il est vigile et vit la nuit pour seul ami son doberman
les gosses veulent des air max, chicken little et spiderman
mais c’est trop dur quand elle est caissière chez lidl ou leader price

[refrain]
car on est loin d’avoir grandi dans un domaine résidentiel
ma bohème s’écrit sans thème, c’est poème et chrysanthème
dans la rue j’ai vu trop d’chiennes et des problèmes existentiels
ici tous les gosses ont peur des prochaines présidentielles
on est loin d’avoir grandi dans un domaine résidentiel
ma bohème s’écrit sans thème, c’est poème et chrysanthème
à l’antenne j’ai vu trop d’chiennes et des problèmes existentiels
ici tous les gosses ont peur des prochaines présidentielles

tous les matins c’est pareil, la même rue, les mêmes crétins, les mêmes histoires, les mêmes cafés
la réalité n’est beaucoup plus une
les gens c’est comme des animaux, on les aime on les enterre et puis c’est fini